Home » Télé » Les révolutions en matière d’écriture de fiction télévisée dans les années 1980

TVLe night-time soap Dallas (1978-1991), apparu à la fin des années 1970, marque la toute première révolution en matière d’écriture de fiction télévisée. C’est en effet la première série télé hebdomadaire qui propose des épisodes « à suivre » déjà à partir de sa deuxième saison, en 1979.

Synopsis

La série Dallas met en scène des personnages caricaturaux dans le milieu des richissimes producteurs de pétrole texans. Elle traite essentiellement de trois sujets : l’argent, le sexe et le pouvoir. On peut également lui attribuer le statut de première série à répondre directement aux attentes de ses très nombreux téléspectateurs, notamment en ramenant à la vie le personnage de Bobby par un tour de passe-passe scénaristique. 80 % des foyers américains suivirent cet épisode diffusé en 1980 révélant qui avait tiré sur J.R., l’anti-héros de la série.

Les « ensemble show »

Le premier ensemble show des années 1980 marque la seconde révolution des séries télé américaines. Un ensemble show désigne en fait une série qui est centrée sur un groupe de personnages (et non sur un héros charismatique) avec des lignes narratives qui s’entrecroisent en permanence et dont l’importance est égale. Hill Street Blues (1981-1988) en est un exemple. Cette série, qui est un savant mélange de scènes tragiques et comiques, avec des personnages en demi-teinte, décrit dans un style très réaliste (tant au niveau des dialogues que du grain de l’image) la vie d’un commissariat dans un quartier défavorisé d’une grande ville américaine.

Elle sera particulièrement appréciée par les franges les mieux éduquées et les plus riches de la population américaine, ainsi que par la critique, mais sans pour autant rassembler un large public. Cependant elle deviendra pratiquement la règle dans les dramas des années 1990 et 2000. Le principe de l’ensemble show a été aussi décliné dans l’univers judiciaire avec L.A. Law (1986-1994), et dans l’univers médical avec St. Elsewhere (1982-1988).