Blog post

François Hollande va hâter le rythme des réformes

-Le chef de l’état français, François Hollande a déclaré qu’il va appliquer le rythme des réformes après les critiques émises par Martine Aubry. Le président français, n’en démord pas il a voulu donné une réponse à Martine Aubry.

« Les réformes vont continuer à un rythme encore plus accéléré jusqu’à la fin du mandat », a-t-il déclaré dimanche 18 octobre à la suite de critiques franches de l’ancienne numéro un du Parti socialiste, Martine Aubry, sur la politique économique du pouvoir en place.

« Les réformes, vont être poursuivies, elles ont été lancées dès les premiers mois de mon mandat, elles vont continuer à un rythme encore accéléré jusqu’à la fin, parce que la France a besoin des reformes » a expliqué le président de la France devant plusieurs chefs d’entreprises étrangères réunis à l’Elysée.

Il n’est pas question de reformer pour reformer mais de reformer pour générer davantage de richesse, plus d’activités, d’emplois et pour pousser davantage d’investisseurs et d’entreprise à venir investir dans le pays » a-t-il ajouté au cours de la réunion à l’Elysée sur le thème de « l’attractivité de la France » devant le chef du gouvernement Manuel Valls et le ministre de l’Economie Emmanuel Macron.

gat

Combat à In Tillit entre les le MNLA chassé par Gatia

gatiaPlusieurs heurts se sont produits entre le MNLA et le groupe d’autodéfense Gatia à In Tillit. Pour l’instant aucune information précise n’a filtré concernant le bilan de ces affrontements. Chaque groupe armé s’accuse concernant le déclenchement des hostilités.

Plusieurs combats se sont produits à In’Tillit situé à 125 km au sud de Gao entre les Touareg appartenant à la tribu Imghad, faisant partie du MNLA et les Imghad appartenant au groupe autodéfense touareg Imghad et alliés Gatia.

Pour l’instant, aucune information ne filtre concernant la présence ou non de soldats maliens ou autres groupes armés précisément le MAA. D’après les observateurs internationaux basés dans la région, les heurts ont pour but de prendre le contrôle de la zone. La même source qui fournit l’informaiton précise que Gatia qui vient de s’ajouter à la liste des groupes armés du nord du Mali et très proche de Bamako souhaite prendre le contrôle d’une base du territoire pour avoir un poids sur les négociations d’Alger.

Le MNLA essaie de le bloquer « avec des alliés dans chaque cas ». Ces faits se produisent à la veille de la reprise des négociations d’Alger où toutes les délégations se rendront dimanche. D’après les responsables de Gatia, c’est le MNLA qui a l’obligation de réagir. Ils accusent le MNLA de maltraiter et d’harceler les populations

nuel

Manuel Valls doit rechercher et obtenir la confiance des entreprises

vallsSans la croissance il sera impossible au premier ministre de réaliser son plan économique. En fait, il faut que les entreprises consentent à investir puis à offrir de l’emploi. Reste à savoir s’ils seront d’accord ou s’ils vont y croire. Le premier ministre aime en principe les entreprises et les socialistes, mais il devra composer avec les entreprises.

Après l’obtention du vote de confiance, ce dernier va lancer sa politique : de l’offre ou de la politique sociale-libérale » qu’il soutient toujours depuis la primaire de 2011.

Mais au regard de la croissance de 0,4%, le premier ministre dispose d’une marge très faible. Ce sera donc à lui de revoir ces contraintes au cours des mois et pour ce faire, il devra compter sur les entreprises qui devront renouer avec le chemin de l’investissement et de l’embauche, c’est-à-dire être confiantes, y croire etc…. et de ce fait, la croissance va reprendre son envol et les marges de manœuvres prendront une autre ampleur pour financer les reformes qui contribueront à leur tour à la croissance…

c’est donc la stratégie élaborée et soutenue par Manuel Valls et Emmanuel Macron. Mais tout n’est pas encore gagné, car il faut que les entreprises puissent accepter de jouer le jeu et puissent y croire.